La sécurité routière

80% de morts en moins sur nos routes en 30 ans

Les accidents de la route constituent un vrai fléau au Cameroun. Comme le déclarait au début de l’année 2018 le porte-parole du Gouvernement, En termes d’accidents de circulation routière, l’on dénombre déjà pour les deux premiers mois de l’année 2018, 519 morts. En 2017, nous avons enregistré plus de 4 700 accidents dont 179 mortels, 784 dégâts corporels et 3227 matériels. Les accidents de la route constituent, ainsi, un véritable fléau au Cameroun. Nous entendons remédier à cette situation par :

  • Le renforcement des contrôles techniques des voitures avec des sanctions exemplaires pour ceux qui se laisseront
    corrompre ;
  • L’amélioration des entretiens routiers et la sécurisation de certains axes accidentogènes ;
  • Des sanctions exemplaires de l’incivisme routier ;
  • La réorganisation et une meilleure règlementation de l’utilisation des motos taxi.
  • L’objectif de 80% de morts en moins sur nos routes en 30 ans est de tendre vers une situation où le décès par accident sur nos routes devient une exception et non pas la norme comme c’est le cas aujourd’hui au Cameroun.
  • Cet objectif structurant sera discuté avec tous les acteurs de la sécurité et de la santé
  • Des états généraux de la sécurité routière seront organisés et les résultats seront actés par une loi.
  • Porter les efforts de sensibilisation sur les éléments techniques et répressifs mais aussi culturels et psychologiques.

Une Agence Nationale pour la Sécurité Routière (ANSR)

À côté des différentes administrations qui interviennent dans la sécurité routière, nous créerons une Agence Nationale pour la Sécurité Routière qui aura pour mission :

  • La réalisation de l’objectif zéro mort sur nos routes ;
  • La définition de la politique nationale en matière de sécurité routière ;
  • La coordination de l’action des différents acteurs administratifs nationaux et régionaux.
  • Chaque région sera dotée d’une agence pour la sécurité routière qui aura pour mission :
  • D’implémenter en étroite collaboration avec l’ANSR, les régions et les communautés locales, la politique nationale de sécurité routière en adéquation avec les réalités locales ;
  • De coordonner l’action des acteurs locaux dans le domaine de la sécurité routière.

Des véhicules modernes et fiables sur nos routes

Nous devons continuellement améliorer la qualité des véhicules présents sur nos routes pour tirer parti au maximum des améliorations techniques réalisées ces dernières années sur les véhicule en matière de tenue de route, de sécurité active (en mouvement) et passive (résistance aux chocs), Pour cela, nous entreprendrons les mesures suivantes :

  • Définir et faire respecter un standard minimum de qualité aux véhicules en circulation sur nos routes et dans les
    centres de contrôle technique ;
  • Réaliser un contrôle technique de véhicules importés ;
  • Développer une filière de reconditionnement de vieux véhicules pour les porter au standard minimum exigé ;
  • Développer la production locale de véhicule pour que des véhicules de qualité soient à la portée des ménages et des entreprises.

Des routes sûres

Nous organiserons un entretien fréquent de nos routes pour les rendre plus sûres. Pour cela :

  • Passer du cantonnage manuel pour aller progressivement à la petite mécanisation basée sur des outils créés par nos jeunes dans nos universités et industries.
  • Soutenir le développement d’un véritable secteur local pour la réfection des routes.
  • Améliorer les revêtements et la signalisation routière
  • Établir systématiquement des barrières pour séparer les voies et les pistes cyclables des routes empruntées par les
    automobiles.

Sensibilisation, formation et éducation

Nous travaillerons à un changement radical de culture et de mentalité. Nous allons pour cela :

  • Conscientiser les citoyens sur le fait que la sécurité des citoyens sur la route est bien plus importante que le fait de se déplacer très vite d’un endroit à l’autre.
  • Mettre en place des programmes de formation pour faire de la culture de la sécurité le guide des comportements individuels.
  • Introduire dès l’école maternelle et primaire, une éducation à la sécurité routière dans toutes les langues du pays.

Contrôle et répression

Nous renforcerons l’efficacité des contrôles routiers en éradiquant la corruption au sein des corps chargés de ces
contrôles d’une part et d’autre part en utilisant les possibilités que nous offrent aujourd’hui les TIC. Dans cette perspective :

  • L’ANSR développera en collaboration avec nos universités, centres de recherches et industries des techniques
    modernes et innovantes pour le contrôle routier.
  • Nous mènerons une lutte impitoyable contre l’alcool au volant.
  • Nous rendrons le port du casque obligatoire pour ceux qui roulent en moto.
  • Les examinateurs pour le permis de conduire seront assermentés et tout acte de corruption dans leur chef sera considéré comme une atteinte à la vie humaine et sera pénalement répréhensible.

Diminuer le nombre de mototaxis sur nos routes

Nous réduirons progressivement la part de la moto comme moyen de transport dans les grandes villes et les campagnes.

Réforme de la procédure d’obtention d’un permis de conduire

Nous reformerons la procédure d’obtention du permis de conduire pour la rendre plus exigeante. Cette mutation ira de pair avec l’amélioration de la signalisation sur nos routes.

Les auto écoles devront obtenir un agrément auprès des agences pour la sécurité routière et devront respecter un cahier des charges très strict en termes de qualité des véhicules utilisés et de la qualité de leurs formateurs.

Carug © 2019. tous droits réservés.

MauriceKamto2018

GRATUIT
VOIR