Les Technologies de l’Information et de la Communication

Libérer la créativité et encourager l’innovation dans les nouvelles technologies pour faire du Cameroun un « champion de l’électronique et du logiciel » La situation des Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans notre pays se caractérise par trois facteurs

  • la vétusté et l’insuffisance des infrastructures et des équipements ;
  • un cadre institutionnel et réglementaire inadapté ;
  • des ressources insuffisantes.

                 En outre, la majorité des entreprises informatiques au Cameroun sont actives dans le domaine du matériel et des réseaux. En matière de logiciel, nos entreprises se concentrent sur la commercialisation et l’intégration de logiciels importés. La production locale de logiciel est quasi-nulle et est principalement le fait de petites PME qui ne bénéficient ni de financement des banques ni d’un soutien de l’Etat. De même, la production locale de composants électroniques est quasi-nulle.
                Pourtant, la production locale des logiciels et celle des composants électroniques sont deux filières importantes où de nombreux jeunes pourraient s’investir à profit s’ils recevaient un appui financier. Nous comptons donc :

Mettre l’accent sur la production de composants électroniques qui sont aujourd’hui omniprésents dans la société et participent à la fabrication des outils et supports des technologies de l’information et de la communication.
Nous ambitionnons de faire du Cameroun un « lion de l’électronique » ;
Soutenir la production de logiciels pour la mise en place de la gouvernance électronique et la modernisation de
la gestion de nos entreprises.

Les TIC pour tous

Nous établirons en étroite collaboration avec les universités, les centres de recherche et les PME du secteur un
diagnostic rigoureux sur l’accès, l’usage et la perception des TIC auprès de la population et des entreprises, sur nos
atouts et nos faiblesses afin de fournir à nos administrations et au grand public un outil indispensable à la définition d’une politique sérieuse dans le domaine des TIC.

Nous démocratiserons l’accès aux TIC, à l’aide des mesures suivantes :

  • Engager les réformes nécessaires pour permettre le développement des infrastructures de télécommunications
    et de radiodiffusion sonore et télévisuelle ;
  • Faire du respect de la propriété intellectuelle une priorité afin de permettre l’essor de logiciels non-ouverts
    produits par des Camerounais et de rassurer les entreprises étrangères désireuses d’out-sourcer le développement de leurs logiciels au Cameroun ;
  • Mettre à la disposition de chaque communauté d’une zone géographique socialement moins favorisée, des télés
    services (téléphone, télécopie, Internet) ;
  • Mettre la fibre optique à la portée de toutes les entreprises dans les zones industrielles;
  • Donner un accès à Internet dans toutes nos écoles et lycées d’enseignement public;
  • Donner un accès internet gratuit à tous dans les lieux publics.
  • Simplifier l’accès au domaine « .cm. » afin d’encourager les entreprises camerounaises à pratiquer l’e-commerce tout en promouvant l’image de notre pays dans le cyberespace.
  • Créer une agence spatiale camerounaise par une mutation de l’ART actuelle qui aura pour mission de :
    • Promouvoir, encourager et réguler l’utilisation de l’espace comme moyen de communication au Cameroun;
    • Produire les données géo spatiales indispensables à un développement efficace, harmonieux et eco-responsable de notre pays ;
    • Géo-localiser les ménages et les entreprises sur l’ensemble du territoire ;
    • Assister les autorités de la sécurité civile dans la prévention des catastrophes naturelles et industrielles.

Produire les composants électroniques de demain

Nous encouragerons et soutiendrons les PME qui sont créées et tournées vers la production du logiciel d’une
part, et vers la production des composants électroniques d’autre part. L’objectif visé est de faire du Cameroun, une sorte de « siliconvalley pour les solutions logicielles et les composants électroniques » en Afrique centrale.

  • Nous renforcerons considérablement nos capacités dans l’ingénierie et la conception des composants
    électroniques et des logiciels en agissant sur la formation initiale et continue.
  • Nous mettrons en place une stratégie progressive pour la maîtrise des technologies de production de composants
    électroniques au Cameroun.
  • Un fonds pour l’innovation en électronique et en informatique sera créé en vue de fournir des incitants à cette
    industrie. Outre les subsides accordés aux entreprises innovatrices, ce fonds financera un prix accordé aux meilleures innovations dans le domaine de l’électronique au niveau universitaire et entrepreneurial.

Nous élaborerons une stratégie de la qualité, des campagnes de sensibilisation pour encourager et faciliter l’adoption de normes et de certifications internationales qui permettront aux PME du secteur des TIC de moderniser leurs capacités pour passer à des activités à forte valeur ajoutée.

Produire les logiciels pour nos administrations et nos entreprises et placer la signature électronique au coeur de la révolution numérique

Nous soutiendrons et encouragerons la création d’entreprises locales tournées vers la production de logiciels tant
pour nos administrations que pour nos entreprises. Pour cela les mesures suivantes seront prises :

      • Renforcer la formation pratique en matière de développement de logiciels en accordant un subside aux entreprises
        qui prennent des étudiants en stage ;
      • Encourager les administrations à travailler avec les entreprises locales pour la fourniture en logiciel sur mesure ;
      • Promouvoir un label « Made in Cameroon » pour les logiciels produits localement ;
      • Encourager nos administrations et entreprises à utiliser les logiciels labélisés « made in Cameroun ».
      • Nous vulgariserons et généraliserons l’utilisation de la signature électronique afin de :
        • Fiabiliser et sécuriser les échanges économiques via l’utilisation de la facture électronique ;
        • Faciliter et promouvoir l’échange sécurisé de documents électroniques entre les administrations;
        • Mettre en place un système de e-gouvernement où la population interagit avec l’administration via des portails sécurisés.
    • Nous soutiendrons la création de dessins animés et de jeux vidéos au Cameroun. Il s’agit en effet d’un secteur
      culturel en plein essor dans lequel notre pays est totalement absent.

Développer les entreprises de nouvelles technologies

À cet égard:

  • Nous développerons le Silicon Mountain de Buea et créerons d’autres pôles des technologies du numérique.
    Doter la ville de Buea d’un centre d’incubation, permettant aux starts up de s’installer et démarrer. (Coût de construction 5 milliards maximum).
  • Nous mettrons en place une fiscalité incitative permettant au capital-risque camerounais de lever les capitaux.
    Par exemple, les compagnies d’assurance vie, les sociétés de jeux, les groupes industriels seront exonérés de 5 % du montant total de l’impôt sur les sociétés à payer, s’ils investissent 50 % de leurs bénéfices dans un fonds de capital risque pour 10 ans. L’objectif est d’encourager les grandes entreprises à investir dans la nouvelle économie et ouvrir la voie à d’autres.
MauriceKamto2018

GRATUIT
VOIR