Politique étrangère

Redonner au Cameroun sa place dans le concert des nations et le positionner pour une diplomatie économique

La voix du Cameroun, si puissante sous le président Ahidjo (deux secrétaires généraux successifs à l’OUA) a pratiquement disparu. Le pays n’est plus qu’un nain diplomatique, les quelques discours délivrés devant le parterre clairsemé de l’assemblée générale des Nations unies étant sans relief, puisque ressassant des lieux communs. Au niveau africain, le Cameroun est devenu inaudible tant dans la sous-région Afrique Centrale où des pays comme le Tchad ou la Guinée Equatoriale se font mieux entendre, qu’au niveau continental où le représentant du Cameroun n’occupe que le poste de ‘chef d’unité de réforme institutionnelle’ à l’Union Africaine.

Rares sont les occasions où les hautes autorités du Cameroun se sont déplacées auprès des pairs africains en vue de négocier le soutien à une candidature d’un ressortissant camerounais dans les institutions internationales, contrairement à de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest où leurs chefs d’Etat ou de Diplomatie se déplacent personnellement pour aller battre campagne en vue du positionnement d’un des leurs auprès des organisations internationales. Aujourd’hui, voir un camerounais trôner à un poste important au niveau international relève plus d’un exploit personnel que d’un soutien de son propre pays, ce qui était le contraire sous l’ère du régime du Président Ahidjo. Pourtant, un tel activisme diplomatique aurait permis de placer des compatriotes à des postes importants et permis au Pays de bénéficier, en retour, de substantiels financements pour les besoins de l’économie nationale.

Face à cette situation, nous affirmerons le Cameroun sur la scène régionale, continentale et mondiale, par un positionnement stratégique sur les grands dossiers internationaux et l’établissement des alliances traduisant une bonne compréhension des enjeux internationaux et des intérêts du pays à court, à moyen et à long terme.

 

Consolider nos relations, établir de nouveaux partenariats et développer notre capacité d’autoprotection

  • Toute notre action se situera dans le contexte du monde global dans lequel nous vivons. Il s’agira d’entretenir avec
    nos partenaires des relations qui tiennent compte des intérêts mutuels.
  • Nous Explorerons de nouvelles possibilités de relations avec de nouveaux partenaires en Afrique et dans le monde ayant des convergences d’intérêts économiques et stratégiques avec notre pays, en particulier les pays les plus dynamiques et innovants.
  • Nous affirmerons notre ambition de rayonnement et développerons notre capacité d’autoprotection. Celle-ci passe
    par un renforcement de notre arsenal sécuritaire tant au plan militaire pour la défense de l’intégrité de notre territoire et notre population, qu’au plan alimentaire et économique.

Une coopération au service de l’intérêt national

  • Nous entendons promouvoir une coopération économique, technologique et culturel au service de l’intérêt national.
  • Dans cette optique, nous mobiliserons l’action diplomatique dans le sens à promouvoir la croissance économique de notre pays. Celle-ci nous amène à placer la Région Afrique centrale en particulier et l’Afrique en général au centre de nos préoccupations stratégiques. Toutes nos démarches et nos actions auront en premier lieu pour rayon d’action ces entités géographiques afin d’élargir le marché potentiel pour les produits made in Cameroon.
  • La conquête des marchés européens, américains et asiatiques passera par une coopération intelligente que nous tisserons avec les pays partenaires grâce à nos compatriotes de la diaspora présents dans ces pays qui seront nos meilleurs atouts et « ambassadeurs » pour le relais et le suivi sur ces marchés. Il est reconnu que pour vendre nos produits sur le marché international, ces produits doivent répondre à des normes contraignantes. Certains de nos compatriotes de la diaspora, actifs dans différents secteurs, sont rompus à l’élaboration et l’utilisation de ces normes internationales et leur expertise sur ces sujets sera bénéfique pour le secteur productif national.
  • Nous mettrons en place une diplomatie culturelle de présence, d’affirmation et de rayonnement. Avec l’adoption et l’institution de la double nationalité, nos valeureux artistes et sportifs ayant acquis une autre nationalité des pays d’accueil déjà présents un peu partout dans le monde et qui rayonnent de leur art seront mis à contribution pour cette promotion.
  • Nous travaillerons à l’avènement des Etats-Unis d’Afrique Centrale (EUAC) commencerons avec tout Etat de la sous-région qui sera prêt.
  • Nous participerons au projet de la communauté Africaine pour la construction d’un réseau de train à grande vitesse pour interconnecter les différentes régions d’Afrique. Le Nigéria joue déjà un rôle clé dans ce projet avec la construction d’une ligne de train à grande vitesse (TGV) entre Abuja et Kaduna dans le Nord du Nigéria sur une distance de 200 km. La construction de notre réseau interne telle que nous l’avons exposé au chapitre Aménagement du Territoire s’intégrera dans ce projet régional et continental.

MauriceKamto2018

GRATUIT
VOIR