LA PRODUCTION

Transformation de l’agriculture

La politique agricole du MRC a deux objectifs : assurer la sécurité alimentaire du pays tout en procurant des revenus aux producteurs ; faire du pays un exportateur net des produits agricoles.
La réalisation du premier de ces objectifs passe par une meilleure organisation et l’accroissement de l’efficacité des exploitations familiales qui demeurent les plus nombreuses dans la structure agraire de notre pays et qui contribuent à la construction d’écosystèmes durables et diversifiés.

La réalisation du second objectif exige le développement d’une agriculture moderne des grandes plantations de production aussi bien des produits traditionnels de rente que des produits vivriers destinés au marché international. Le Cameroun ne peut se permettre d’être absent de ce marché d’autant plus porteur et prometteur que la population mondiale croît à un rythme très soutenu, qu’il y aura par conséquent toujours plus de bouches à nourrir dans le monde et que notre pays dispose dans ce domaine de vrais atouts et donc d’avantages comparatifs favorables.
Dans cette perspective, il faudra,

Dans cette perspective, il faudra,
Sur le plan agricole stricto sensu :

  • Procéder à la mécanisation des grandes exploitations mais aussi des petites afin de diminuer la pénibilité du travail des agriculteurs et d’accroître les rendements
  • Faciliter l’accès aux facteurs de production permettant d’améliorer la productivité, notamment à travers un accès sécurisé à la propriété foncière, la mise en place d’un semencier national ainsi que des structures de production et/ou de fourniture des engrais et des produits phytosanitaires à des prix raisonnables.

Sur le plan financier, créer des mécanismes de financement appropriés, en distinguant les structures de financements des grandes exploitations de celles de financement des exploitations familiales. Ces dernières pourront trouver les financements requis auprès des micro-banques rurales appuyées le cas échéant par les soutiens financiers de l’Etat.

Sur le plan agro-industriel, la politique du MRC consistera en la mise en place des agropoles spécialisés suivant les bassins de production. Il s’agira de mettre en place des filières agro-industrielles complètes, allant de la production des produits agricoles primaires à leurs transformations industrielles par des unités de productions articulées aux bassins de productions.
Enfin, il faudra moderniser l’élevage et réduire la dépendance vis-à-vis des produits halieutiques importés.

Une industrialisation stratégique

L’ossature de l’industrie nationale malmenée par un quart de siècle de balbutiement interne résultant d’une absence flagrante de politique industrielle, un environnement infrastructure calamiteux et une politique fiscale non incitative, d’une part, et sevré d’investissements directs étrangers, d’autre part, est en cours de désintégration. Le tissu industriel est peu diversifié et non articulé faute d’industries structurantes capables de générer de l’activité pour les PME/PMI. L’activité de ce secteur se caractérise par une atonie sévère et nombre de PMI opèrent dans l’informel face à une pratique fiscale de spoliation et en définitive répressive.

La politique industrielle du MRC reposera sur un choix et une politique des filières stratégiques opérées en fonction des atouts du Cameroun tant en terme des ressources naturelles,
des ressources humaines que des marchés disponibles ou à venir et des ambitions du pays. L’industrialisation du XXIe siècle ne peut se faire dans les conditions de celle du XXe siècle. Dans un monde globalisé, la politique des filières industrielles s’impose autant en raison de la nécessité d’une cohérence des structures de production que de l’impératif d’un positionnement compétitif sur le marché mondial. Elle exige une identification des objectifs et une programmation des résultats.

Aucun pays ne peut plus tout produire ni être compétitif dans tous les secteurs. Toute politique industrielle efficiente doit reposer sur la nécessité de satisfaire la demande intérieure des produits manufacturés autant que de développer les exportations.
Dans cet ordre d’idées, le MRC développera les filières suivantes :

  • L’agro-industrie
  • Les industries extractives (fer, bauxite, cobalt/nickel, diamant, or) avec une politique de première voire de seconde transformation locale (fonderies, aciéries etc.) D’une partie des ressources exploitées
  • Les industries du bois
  • Les hydrocarbures et la pétrochimie
  • Les industries mécaniques, électriques et électroniques
  • Les industries pharmaceutiques
  • Les industries chimiques
  • Les matériaux de construction
  • La biotechnologie
  • Les technologies de l’information et de la communication (tic)
  • L’artisanat et le tourisme.

 

MauriceKamto2018

GRATUIT
VOIR