LA SANTE

Le Cameroun consacre aujourd’hui 6% seulement du budget de l’État au secteur de la  santé, c’est-à-dire moins de la moitié des 15% qui sont l’objectif fixé par l’Union africaine à
Abuja.

Le développement de notre système de santé doit avoir deux objectifs principaux : d’une part, rendre les soins de santé de base accessibles gratuitement à tous et éradiquer les grandes endémies ; d’autre part, faire du Cameroun un pôle d’excellence en soins de santé au moins dans certaines disciplines, afin qu’il devienne une destination pour ce que l’on a appelé le tourisme de santé.

Dans ce cadre, la formation en sciences biomédicales fera l’objet d’une attention toute particulière, ne laissant aucune place aux initiatives non maîtrisées et présentant des risques
futures pour la profession comme pour les populations. Les différents ordres professionnels seront à cet égard impliqués dans les structures de veille et de vigilance qui seront mises en place.

Les questions relatives aux infrastructures sanitaires et à leur gestion feront l`objet d`une redéfinition, tenant compte des rôles respectifs de l`État, de la Région et du secteur privé.
Yaoundé et Douala seront dotés d’hôpitaux de référence de niveau international pouvant accueillir des cas camerounais complexes requérant des spécialistes plus pointus ou des
interventions multidisciplinaires ou des évacués sanitaires d’autres pays.

Un hôpital référence, doté des principaux services de spécialité et des équipements adéquats, sera construit dans chaque capitale régionale.

Dans tous les cas, des états généraux de la santé seront organisés pour préparer les bases de l’élaboration d’un projet de loi-programme relative à l`organisation du système de santé et la formalisation des principaux axes ici définis.

La promotion de l’hygiène et de la salubrité sera parmi les premières actions de santé publique, car il faut rendre le Cameroun propre.

Carug © 2019. tous droits réservés.

MauriceKamto2018

GRATUIT
VOIR